Le langage poétique dans la littérature équatorienne du XXe siècle : poésie et patrimoine

Caroline Berge

Résumé


Depuis l’indépendance, les auteurs Équatoriens tentent de rompre avec un passé qui renvoie à l’Espagne, mais la volonté de trouver un nouveau langage, à la fois américain et moderne, soulève le problème de la langue : celui de l’emploi du castillan, lié à l’héritage du parler autochtone – le quechua. Parallèlement, l’intérêt croissant pour le continent et les racines de l’être américain suscite envers les cultures autochtones une curiosité, qui se manifeste à travers les fouilles archéologiques entreprises et la littérature indigéniste à partir des années dix et vingt. Patrimoine et langage entrent alors en interaction : à travers la recherche des origines, les auteurs comment à explorer, avec la naissance du surréalisme, l’irrationnel et le subconscient collectifs.

Texte intégral :

PDF


 
ISSN 1957-7273     © Association HISTOIRE(S) de l'Amérique latine.